top of page

L'art du vide

Non ce sujet ne sera pas vide. Il sera rempli de vie sans D. Le vide est la symbolique profonde d'une balance au sein de la vie. L'étape nécessaire qui amènera le plein. Nos modes de vie nous pousses à toujours être remplis, ce que est différent d'être plein. Car se remplir de vide peut s'élever au rang d'art quant être plein passe pour vide.

Comment accueillir ça aussi ?


L'angoisse du vide

Il est nécessaire de nous rappeler de nos enfances. Celles-ci sont pleines de moments vides. Ce sont ceux qui concernent l'attente, ces moments où quelque chose va arriver, mais n'est pas encore là. Comme une bulle spéculative qui n'a pas encore éclaté.


Ces moments de rien sont d'une infinie préciosité pour nos esprits, ce sont les moments où "un ange passe", lors d'un silence mystérieux. Ils nous confrontent à nos émois et couleurs intérieures. Celle-là qui sont camouflées lorsque nous sommes remplis d'actions vides de sens. Les contacter, ces vides, c'est s'offrir la possibilité d'entrevoir ce qui ne nous nourrit plus, et celle plus grande encore de prendre le temps de tendre vers de la nouveauté. Non pas pour se remplir à nouveau, mais bien pour goûter à d'autres mets, qui, peut-être, seront plus ajustés avec la personne que nous souhaitons être ou que nous devenons petit à petit.


C'est de ce vide là que l'on parle, lorsque, entouré de mille chose, un creux reste présent. L'intérêt de cette sensation : elle nous met sur la voie. On se rend compte que nous ne sommes plus nourris par ce que l'on fait et on se met naturellement en quête d'autre chose.


Non comme un insatisfait chronique, mais bien dans un élan spontané et naturel de réajustement et d'harmonie.


C'est là le cadeau de ces moments précieux et parfois inconfortables. Ils sont la marche à franchir pour voir venir à nous les élans de demain.



La malice du vide

C'est celle de notre jugement à son égard. Dans une société du faire, de la consommation et de l'agitation, le vide semble vide et effrayant.


Pourtant ceux qui aspirent à moins de frénésie s'y exposent. Retournant à un essentiel moins sollicitant, qu'il soit d'une nature sauvage, d'un tapis de yoga, ou d'un pouf de méditation.


De ce calme magistral et de cette absence de sollicitation, on s'aperçoit de tout le superflu dont on alourdit nos vies, perdant l'essentiel de vu. Autant de matériels, de logiciels, de relations, de surconsommation qui nous consument plus qu'elles ne nous nourrissent.


Retrouver le goût du vide, c'est retrouver l'essence de ce que nous sommes, d'un réel silence mental, d'un corps non plaignant et d'émotions au calme.


Comme la beauté d'une piscine qui vient d'ouvrir ses portes et dont l'eau est encore calme. Juste avant qu'un premier enfant ne s'y jette créant une onde qui se propage autour du point d'impact.


Le vide, c'est aussi apprécier cet état là de l'eau, paisible et sans déformation. n'empêchant pas la suite de se produire, mais savourant pleinement ce silence suspendu. Que l'on pourrait regarder d'au dessus, ou d'en dedans. Comme un apnéiste au fond de l'eau, observant d'en dessous les tumultes de là haut, sans que ceux-ci ne perturbent sa quiétude intérieure.


Le vide c'est un peu tout ça à la fois, le moment suspendu juste avant que le corps de l'enfant d'entre en contact avec l'eau et ne vienne rencontrer la quiétude de l'apnéiste.


Au commencement était le silence

C'est celui de votre esprit. Au sein duquel germe de nombreuses idées, foisonnantes, luxuriantes, sobres et belles.


Leur donner l'espace de s'exprimer et d'être entendues demande parfois une belle dose de vide. Ensemble nous pouvons réapprendre à lui laisser un espace sain dans nos vies.


Au plaisir de vous faire goûter à des pratiques, massages ou méditations cultivant cet état suspendu, en permettant un rafraîchissement sain et profond de notre esprit.


Théo

Comments


bottom of page