top of page

Que faire après une thérapie ?

Bon alors, traiter le (gros) dossier numéro 42 de ma vie, ça c'est fait... Et maintenant ?

C'est quoi la prochaine étape...




Que faire après l'accompagnement ?

Après avoir été dorloté, bichonné, écouté, compris, entendu et remis en état.


Hum.


Que faire ?


Difficile. Lorsque l'on sort de séance et que la personne avec laquelle nous avons échangé semble avoir tant de réponses, délicat alors de se recentrer sur sa vie et d'aller de l'avant. En sachant que comme tout aide, celle-ci est momentanée.


Il est parfois certaines séances mémorables dont nous aimerions que l'intensité de la qualité du soin reçu persiste et dure pour toujours. Seulement, peut-être n'est-ce là qu'une forme d'illusion ou d'échappatoire à notre chère vie terrestre avec ses hauts et ses bas.


Toute personne nous enseigne et à travers elle, nous grandissons et apprenons à avancer de plus en plus sereinement. Néanmoins, lorsque l'on est mis face à soi-même avec le flot de nos pensées, nos émotions, nos doutes et craintes, comment faire avec tout cela ?


Il existe maintes chemins qui tous ne demandent qu'à être explorés. Car à terme, un accompagnement vise à nous aider à débloquer nos propres ressources internes qui étaient jusqu'alors endormies, en veille ou encore assoupies.


C'est avec douceur et acceptation que nous pouvons nous mettre à apprendre à faire usage de ces nouvelles "supers" compétences apprises en séance pour faire face à un nouveau challenge nommé "La Vie".


Celle-ci curieuse de savoir si nous avons bien appris, prendra plaisir à venir nous envoyer pile les bons évènements pour voir si les nouvelles compétences acquises sont opérationnelles ou encore en cours d'apprivoisement. Et là, deux cas possibles, soit ça passe. On verbalise cela en langage commun par le célèbre mot suivant : "Bingo!". Soit ça ne passe pas encore et il faudra sûrement remettre le couvert (ou plutôt les fesses sur le divan) afin de peaufiner nos atouts. Un autre phrase célèbre illustrant à merveille ce propos : "Touche le fond mais persévère."



Quelles voies vers l'autonomie ?

Elles sont multiples. Avant tout, ce sont les choses qui nous font du bien.


Toute la complexité, c'est de revenir à une simplicité.


Car oui l'usage vous conseillera méditation, yoga, sorties arrosées entre amis, pleine conscience, danser sur des charbons ardents pour ne plus sentir les autres endroits où ça fait mal... etc. Mais bon. Ce n'est pas forcément le plus adapté pour tout le monde, ni pour tous les budgets ou les estomacs sensibles. Alors le bon sens vient toquer à la porte.


Si on prend le problème autrement, ce dont on a besoin, c'est d'une activité ou d'un moment ressourçant pour nous, et non pas pour l'image du ressourcement que nous évoque la société. Donc si pour nous aller pêcher est ressourçant, bingo. Si c'est de faire des crêpes, bingo (avec modération).


Et si on a un réel attrait vers des pratiques qui ouvrent à la spiritualité ou que l'on s'épanouit dans une discipline dont nous avons le secret... super bingo !



Et après vers quelle la finalité ?

Au delà d'un bien être, qui sera toujours momentané. L'idée est de trouver nos propres outils, manières de faire et manières d'être pour avancer de plus en plus sereinement dans la vie et faire face aux problématiques et difficultés qui se présentent.


À force de développer nos outils et surtout de les mettre en pratique, on se rend compte que notre rapport à nous-mêmes, à l'autre et à la vie change. Alors on développe une qualité de vie qui est moins dépendante des conditions et aléas extérieurs. Une sorte de ressenti interne agréable de plus en plus fréquent.


Par la suite, ce qui souvent s'active, c'est qu'ayant libéré quantité de temps et d'énergie consacrés à nos dossiers passés, nous pouvons ouvrir de nouveaux chapitres et créer les circonstances dans lesquelles nous souhaiterions évoluer ou voir nos enfants grandir.


Plusieurs voies s'ouvrent à nous :

-Celle d'accompagner les autres à notre tour, en se formant pour transmettre les outils qui nous ont aidé à mieux nous aiguiller au quotidien.

-Celle de simplement vivre notre vie, ce qui suffit amplement.

-Ou encore celle d’œuvrer pour quelque chose plus grand que nous et ainsi contribuer au bien commun via nos compétences singulières.


Donc pas nécessaire de devenir pieux et moine bouddhiste ainsi que parfaitement serein pour aider les autres. Juste de trouver les domaines dans lesquels nous pouvons apporter notre richesse et contribuer à notre échelle à quelque chose de plus juste et plus serein au niveau global. Pour nous, et pourquoi pas pour la planète.


Bonnes explorations.



Pour aller plus loin.

Parce que des fois on a besoin d'un coup de pouce pour s'occuper de nos dossiers et d'autres fois il nous manque juste les bons outils.


Des approches existent.


À vous de trouver celle qui vous correspond.


Au plaisir de vous lire.


T.


Kommentare


bottom of page